balance couleur

Un outil polyvalent pour ajuster la balance des couleurs de l’image.

Ce module peut être utilisé pour inverser les dominantes de couleurs parasites ou pour améliorer l’atmosphère visuelle d’une image à l’aide de l’étalonnage des couleurs, une technique populaire dans l’industrie du cinéma. Pour le flux de travail relatif à la scène, vous devriez plutôt envisager d’utiliser le module amélioré balance couleur rvb.

🔗présentation

Le module balance couleur vous permet de décaler les couleurs de manière sélective par plage de luminance (ombres, tons moyens et hautes lumières). Il le fait en utilisant deux méthodes différentes :

lift, gamma, gain
La méthode classique. Elle permet de contrôler plus indépendamment les ombres et les hautes lumières.
slope, offset, power
Le nouveau standard défini par l’American Society of Cinematographers Color Decision List (ASC CDL) et plus adapté au développement relatif à la scène.

Les paramètres maître affectent l’image entière. Ils ne sont pas disponibles en mode lift, gamma, gain (sRGB). Les plages de curseur sont limitées aux valeurs habituelles ([50% ; 150%] pour la saturation, [-50% ; 50%] pour le contraste), mais des valeurs supérieures et inférieures peuvent être définies via une entrée au clavier après un clic droit sur le curseur correspondant.

Pour une meilleure efficacité, en mode slope, offset, power, il est recommandé de régler d’abord slope, puis offset et enfin power, dans cet ordre. Le nom du mode peut être utilisé comme mnémonique pour se souvenir de l’ordre.

Le paramètre ombre a un effet beaucoup plus lourd en mode slope, offset, power qu’en mode lift, gamma, gain. Lors du passage du premier au second, vous devez adapter la saturation dans les ombres, en divisant environ par 10.


Remarque : Bien que ce module agisse sur les couleurs RVB, il reçoit en entrée des couleurs exprimées dans l’espace colorimétrique Lab. En conséquence, le module convertit les couleurs reçues de Lab en RVB, ajuste dans l’espace colorimétrique RVB les couleurs converties , puis reconvertit les couleurs résultantes dans l’espace Lab.


🔗préréglages

Plusieurs préréglages sont fournis dans ce module pour vous aider à comprendre comment il peut être utilisé au mieux. Le préréglage « virage partiel bleu-sarcelle/orange » est un look très populaire au cinéma et est un bon modèle de vitrine. Il est destiné à être utilisé avec deux instances combinées avec des masques. La première instance exclura les tons chair et décalera les couleurs neutres vers le bleu-sarcelle. Le second rétablira partiellement le premier et ajoutera plus de vibrance aux tons de peau uniquement. Ensemble, ils créeront une séparation entre le sujet et l’arrière-plan. Les paramètres de masquage et de fusion devront être modifiés pour s’adapter à chaque image.

D’autres préréglages fournissent des émulations de films Kodak. De cette façon, vous pouvez recréer n’importe quel aspect de film que vous aimez en utilisant le module balance couleur.

🔗contrôles du module

mode
lift, gamma, gain (sRGB) est le mode originel de darktable 2.4 et des versions antérieures. Dans ce mode, les transformations de couleur sont appliquées dans l’espace colorimétrique sRVB encodé avec le gamma sRVB (gamma moyen de 2,2).

lift, gamma, gain (ProPhoto RVB) est identique au mode précédent, mais travaille dans l’espace ProPhoto RVB, codé linéairement. Dans ce mode, les paramètres RVB sont corrigés en interne en luminance XYZ (canal Y) afin qu’ils n’affectent que la couleur, et seuls les « facteurs » ajustent la luminance.

slope, offset, power (ProPhotoRVB) applique le standard ASC CDL dans l’espace ProPhotoRVB, encodé linéairement. De la même manière que pour le mode précédent, les paramètres RVB sont corrigés, en interne, en luminance XYZ. Dans ce mode, le réglage slope (pente) agit comme compensation d’exposition, offset (décalage) agit comme une correction du niveau de noir et power (puissance) agit comme une correction gamma. Tous les paramètres auront un impact sur toute la plage de luminance, mais la pente (slope) affectera principalement les hautes lumières, le décalage (offset) affectera principalement les ombres et la puissance (power) affectera principalement les tons moyens.

curseurs de contrôle des couleurs
Cette sélection dans la zone de liste déroulante affecte l’interface utilisateur utilisée pour les contrôles d’ombres, des tons moyens et des hautes lumières.

Les contrôles RVBL permettent un accès direct aux paramètres RVB qui seront envoyés à l’algorithme et qui, selon le mode utilisé, seront ajustés en interne à la luminance XYZ. Ce sont les seuls stockés dans l’historique de développement de darktable.

Les contrôles TSL sont plus intuitifs, mais ne sont qu’une interface : les teintes et les saturations sont calculées dynamiquement à partir et vers les paramètres RVB et ne sont jamais stockées. Lors de la conversion TSL vers RVB, la clarté TSL est toujours supposée être de 50%, de sorte que les paramètres RVB soient toujours équilibrés pour éviter les changements de clarté. Cependant, lors de la conversion RVB vers TSL, la clarté TSL n’est pas corrigée.

En conséquence, une édition en RVB, puis en TSL, puis de nouveau en RVB ne conservera pas les paramètres RVB d’origine, mais les normalisera de sorte que leur clarté TSL soit de 50%. La différence est à peine perceptible dans la plupart des cas, notamment en utilisant les modes qui corrigent déjà les paramètres RVB en interne dans la luminance XYZ.

Dans les deux modes, des curseurs « facteur » supplémentaires agissent sur tous les canaux RVB à la fois. Leur effet est similaire aux contrôles du module niveaux et n’affecte que la luminance.

saturation en entrée
Une correction de saturation appliquée avant la balance couleur. Elle peut être utilisé pour atténuer les couleurs avant de régler la balance, afin de faciliter le traitement des images difficiles. Lorsque vous dé-saturez entièrement l’image, une image monochrome basée sur la luminance est créée. Elle peut servir comme masque de luminance, afin de créer des filtres de couleur, tels que le virage partiel ou le sépia (lorsque utilisée avec les modes de fusion), en utilisant les réglages du module balance couleur.
saturation en sortie
Une correction de saturation appliquée juste après la balance couleur. C’est utile une fois que vous avez trouvé une balance de teinte appropriée mais que vous trouvez l’effet trop lourd. Vous pouvez donc régler la saturation globale en une fois au lieu de modifier la saturation de chaque canal séparément au risque de gâcher les couleurs.
contraste/pivot du contraste
Le curseur de contraste permet d’augmenter la séparation de luminance. La valeur du pivot définit la valeur de luminance qui ne sera pas affectée par la correction du contraste, de sorte que le contraste sera modifié autour du pivot. Les valeurs de luminance au-dessus du pivot seront amplifiées presque linéairement. Les valeurs de luminance au dessous du pivot seront compressées avec une fonction de puissance (créant une butée). Cette correction intervient après la saturation en sortie et est appliquée séparément sur tous les canaux RVB. Par conséquent, les teintes et les saturations risquent de ne pas être préservées en cas de réglages critiques (les ombres peuvent être re-saturées, les hautes lumières peuvent être dé-saturées et un décalage de couleur est à prévoir).
ombres, tons moyens, hautes lumières
En fonction du mode sélectionné, les paramètres des ombres contrôlent soit le lift (élévation), soit l’offset (décalage) ; ceux des demi-tons contrôlent soit le gamma soit le power (fonction puissance), et ceux des hautes lumières contrôlent soit le gain ou soit le slope (pente). Les paramètres sont transférés tels quels lorsque vous changez de mode.

En mode RVBL, la plage des curseurs RVB est limitée à [-0,5 ; 0,5]. En mode TSL, la plage des curseurs de saturation est limitée à [0% ; 25%]. Les valeurs situées en dehors de ces limites peuvent être définies par le biais d’une saisie au clavier suite à un clic droit sur le curseur.


Remarque : Les curseurs des ombres, des tons moyens et des hautes lumières peuvent prendre beaucoup de place dans le module balance couleur. La disposition générale de ces curseurs peut donc être parcourue à travers trois dispositions différentes en cliquant sur l’un des en-tête ombres, tons moyens, hautes lumières. Vous pouvez également définir la disposition par défaut via préférences > chambre noire > disposition des contrôles du module balance des couleurs.


optimize luma
The color picker beside the optimize luma label will select the whole image and optimize the factors for shadows, mid-tones and highlights so that the average luminance of the image is 50% Lab, the maximum is 100% and the minimum is 0%, at the output of this module. This is essentially histogram normalization, similar to that performed by the levels module. The optimizer is only really accurate when used in slope, offset, power mode.

Si vous souhaitez plus de contrôle, vous pouvez définir trois patches de contrôle à l’aide des pipettes situées à droite de chaque curseur facteur, pour échantillonner la luminance dans les zones sélectionnées. La pipette des ombres échantillonne la luminance minimale, celle des demi-tons échantillonne la luminance moyenne et celle des hautes lumières, la luminance maximale. Le paramètre le plus sensible est le facteur des tons moyens, car la sélection d’une zone légèrement différente peut entraîner des modifications radicales des paramètres. Utilisez uniquement les pipettes des facteurs, sans déclencher l’optimisation luma, permettra d’effectuer des réglages sans optimisation générale, mais chaque paramètre est toujours calculé en tenant compte des deux autres. Une fois les patches sélectionnés, l’étiquette devient «optimiser luma à partir des patches». Pour réinitialiser un patch, vous pouvez simplement refaire la sélection. Les patches ne sont pas enregistrés dans les paramètres et ne sont conservés que pendant la session en cours.

Il est important de noter que l’ajustement de luminance effectué ne cible que la sortie du module balance couleur et ne tient pas compte des autres ajustements de luminance effectués dans les modules arrivant plus tard dans le pipeline graphique (filmique rvb, courbe des tonalités, zones de couleurs, niveaux). L’utilisation du module balance couleur pour redéfinir globalement la luminance de l’image n’est pas recommandée, car elle ne conserve pas les couleurs d’origine. Des modules tels que courbes des tonalités ou filmique rvb conviennent mieux pour cela. Les ajustements de luminance dans le module balance couleur conviennent mieux à la correction locale, en combinaison avec des ajustements de couleurs à l’aide de masques.

neutraliser les couleurs
Dans une image où certaines zones sont exposées à la lumière directe du soleil et certaines zones à la lumière réfléchie (ombres) ou lorsque plusieurs sources de lumière artificielle sont présentes simultanément, les ombres et les hautes lumières ont souvent des températures de couleur différentes. Ces images sont particulièrement difficiles à corriger car aucune balance des blancs générale ne correspond à toutes les couleurs à la fois. L’optimiseur de neutralisation des couleurs vise à vous aider à trouver la couleur complémentaire pour les ombres, les tons moyens et les hautes lumières, de sorte que toutes les dominantes de couleurs soient inversées et que la couleur moyenne de la photo soit un gris neutre.

Comme pour optimiser luma, la pipette de couleur située près de l’étiquette neutraliser les couleurs déclenchera une optimisation générale sur l’ensemble de l’image. Cela fonctionne assez bien pour la photographie de paysage ou pour toute photographie avec un spectre complet de couleurs et de luminances.

For night and events photography, this will most likely fail and you will need to manually input the sampling areas with the color pickers beside each hue slider. For the highlights sample, use a color exposed to spotlights that should be neutral white or light gray. For the shadows sample, use a color exposed to ambient light that should be neutral black or dark gray. For the mid-tones sample, use a color exposed by both ambient and spotlights.

Le succès de l’optimisation dépend de la qualité des échantillons. Tous les échantillons ne vont pas tous converger vers une bonne solution. Vous devez vous assurer que les pastilles de couleur que vous choisissez sont des couleurs vraiment neutres dans la vie réelle. Dans de nombreux cas, l’optimiseur émettra la teinte correcte mais une saturation excessive qui nécessitera quelques ajustements supplémentaires. Dans certains cas, aucune optimisation valide ne sera délivrée et vous devrez réinitialiser les paramètres de saturation et recommencer, ou tout simplement arrêter après la sélection des zones. Notez que, dans l’optimisation automatique, la saturation maximale est de 25%, ce qui peut ne pas être suffisant dans très peu de cas, mais permet d’éviter les résultats incohérents dans la plupart des cas.

Si vous sélectionnez des pastilles de couleurs, depuis les pipettes de couleur, sans déclencher l’optimisation, le logiciel effectuera un cycle d’optimisation et s’arrêtera, ce qui vous permettra de contrôler chaque plage de luminance séparément et d’éviter une divergence de solution dans les cas difficiles. Les corrections des teintes et des saturations sont calculées en tenant compte des deux autres plages de luminance et des trois facteurs, et généreront toujours la couleur complémentaire de la zone sélectionnée. Si vous souhaitez plutôt renforcer la couleur de la zone, vous pouvez ajouter 180° à la teinte calculée. Une fois les patches sélectionnés, l’étiquette devient «neutraliser les couleurs à partir des patches». Pour réinitialiser un patch, vous pouvez simplement refaire la sélection. Les patches ne sont pas enregistrés dans les paramètres et ne sont conservés que pendant la session en cours. Les paramètres trouvés par la neutralisation automatique ne sont précis que dans le mode slope, offset, power, mais peuvent également fonctionner dans une certaine mesure dans lift, gamma, gain.

translations